Dante 700 ansImages2. Du ciel de Mercure au ciel de Mars

12 novembre 20210


Dante et Béatrice sont éblouis par l’intense luminosité du ciel de Mercure. Une foule radieuse d’âmes qui firent le bien pour obtenir honneur et célébrité s’empresse autour de Dante. Ils montent ensuite vers le ciel de Vénus où les âmes des amants ont fini par tourner l’ardeur de leur affection vers Dieu. En s’élevant vers le ciel du Soleil, l’ombre de la terre disparait et les corps des bienheureux ne sont plus que lumière éclatante. Dante accède ensuite au ciel de Mars et découvre une croix lumineuse formée par les âmes de ceux qui sont morts en combattant pour leur foi. D’un ciel à l’autre, approfondissant l’étude des choses divines, le sourire de Béatrice se fait de plus en plus radieux.
.

Mosaïque de Justinien. Vers 540. Basilique San Vitale. Ravenne.

Au chant VI du ciel de Mercure, Dante rencontre l’empereur romain Justinien qui lui évoque des faits d’armes, de César à Charlemagne. Dans la mosaïque ci-contre, le général Bélisaire (vers 25-27) est à la de droite de Justinien.

Franz von Bayros (1866 – 1924)

Né à Zagreb, dessinateur, illustrateur et peintre autrichien, il est aussi connu sous le nom de Marquis de Bayros ou sous le pseudonyme de Choisy Le Conin avec lequel il signe 2000 dessins. Contemporain de Gustav Klimt et de Egon Schiele, il se fait remarquer par ses dessins et images érotiques et fantasmagoriques. En 1921, il illustre et interprète de façon très originale et sensuelle la Divine Comédie avec une série de planches en couleur. Chaque image est entourée d’un cadre en bas duquel sont inscrits les vers illustrés. Si parfois les interprétations sont fidèles et reconnaissables, dans certaines autres l’artiste s’autorise un regard plus libre et moderne et met en avant le sentiment poétique à travers métaphores et allégories.

Chant IX, Divine Comédie de Dante. 1921. Franz Von Bayros. Metropolitan Museum of Art, New-York.

Le texte inscrit ici en latin, en bas du cadre, correspond au vers 31 du chapitre XI de l’Epître aux Hébreux : Fide Rahab meretrix non periit cum incredulis, excipiens exploratores cum pace. (Par la foi Rahab, cette courtisane, ayant sauvé les espions de Josué qu’elle avait reçu chez elle, ne périt point avec les incrédules). Rahab est évoquée par Dante au chant IX (vers 115-142) du ciel de Vénus, déesse de l’amour que l’on voit en bas de l’illustration naissant du coquillage.

Chant XI, Divine Comédie de Dante. 1921. Franz Von Bayros. Metropolitan Museum of Art, New-York.

Dans le ciel du Soleil au chant XI, Dante et Béatrice rencontrent saint Thomas d’Aquin, saint Bonaventure ainsi que saint Dominique et saint François d’Assise que l’on reconnait dans l’image ci-dessus respectivement à gauche et à droite. La citation se limite ici aux vers 95 et 96 : … la cui mirabil vita / meglio in gloria del ciel si canterebbe (… l’admirable vie / au ciel de gloire serait bien mieux promue, traduction de Danièle Robert).

Chant XIII, Divine Comédie de Dante Alighieri. 1921. Franz Von Bayros. Metropolitan Museum of Art, New-York.

Dans le ciel du Soleil, au chant XIII, saint Thomas d’Aquin recommande à Dante la prudence dans les jugements devant Dieu. Ici les vers 56 et 57 :
… che non si disuna / da lui né da l’amor ch’a lor s’intrea, ( …en l’Un se confondant / avec Lui et l’Amour, formant Trinité, traduction de Danièle Robert).

Chant XVI, Divine Comédie de Dante Alighieri. 1921. Franz Von Bayros. Metropolitan Museum of Art, New-York.

La ville de Florence est au coeur du chant XVI dans le ciel de Mars à travers la rencontre avec Buondelmonte de’ Buondelmonti, personnage considéré à l’origine des luttes entre guelfes et gibelins à cause de la rupture des fiançailles avec une femme de la famille Amidei et mis à mort le jour de ses noces avec une descendante de la famille Donati dont il était tombé amoureux.
O Buondelmonte, quanto mal fuggisti / Le nozze süe per il altrui conforti. ( Ô Buondelmonte, que tu as mal fait,/ de fuir ces noces sur les conseils d’autrui ! Vers 140-141, traduction de Danièle Robert).

Chant XVII, Divine Comédie de Dante Alighieri. 1921. Franz Von Bayros. Metropolitan Museum of Art, New-York.

Dans le ciel de Mars, chant XVII, Cacciaguida annonce à Dante les misères et les réconforts de son exil.
La contingenza… / Tutta è dipinta nel cospetto etterno. (La contingence… / est toute dépeinte dans l’OEil éternel. Vers 37-39, traduction de Danièle Robert).

Pour aller plus loin :

Ciel de Mercure

  • Donizetti Gaetano. Belisario, opéra de 1836. Téâtre de La Fenice, Venise
  • Siodmak Robert. Pour la conquête de Rome. Film de 1968.

Ciel de Vénus

  • Minois Georges. Charles Martel, 2020. Perrin, Paris.

Ciel de Soleil

  • Ratzinger Joseph (Benoît XVI). Surgit au monde un soleil. 2010. Audience générale. Librairie Editrice Vatican.
  • Rickin Thomas. L’image d’Albert le Grand et de Thomas d’Aquin chez Dante Alighieri. 1997. Revue thomiste, Toulouse.
  • Rickin Thomas. L’ordre dominicain dans le ciel du Soleil. 2020. https://media.fupress.com/files/pdf/24/4200/13906

Ciel de Mars

  • https://www.youtube.com/watch?v=wOOTqE24L0A. 2020. Storia di Firenze nella Divina Commedia: Buondelmonte e la nascita di Guelfi e Ghibellini.

Tous droits réservés

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

La Divine Comédie vue par 15 artistes contemporains

Par Andrea Ciarlariello

En 2006, le Comité Dante de Foligno, sous la direction d’Italo Tomassoni et soutenu par la Municipalité avec la contribution de la Fondation de la Cassa di Risparmio di Foligno, a lancé un projet ambitieux.: demander à des artistes contemporains d’interpréter et d’illustrer la Divine Comédie,

Ont répondu à cet appel, 15 artistes représentants de la Transavanguardia, de l’École de San Lorenzo, de l’Anachronisme et de l’Hypermanierisme, qui ont produit pour l’occasion 3 ou 4 œuvres chacun.: Omar Galliani, Ivan Theimer, Bruno Ceccobelli, Mimmo Paladino, Giuseppe Gallo, Enzo Cucchi, Piero Pizzi Cannella, Stefano Di Stasio, Marco Tirelli, Sandro, Gianni Dessì, Nunzio Di Stefano, Emilio Isgrò, Giuseppe Stampone et Roberto Barni

Après avoir enchanté le public de Buenos Aires, où l’exposition a été présentée à l’occasion du 83e Congrès international de Dante ce corpus constamment mis à jour est exposé du 5 au 16 mars au Palazzo Firenze sous la coordination scientifique de Chiara Barbato et Valentina Spata avec le soutien du Ministère du Patrimoine Culturel et des Activités en collaboration avec la Municipalité et le Comité Dantesque de Foligno.

Selon le Secrétaire général de La Dante Alighieri, Alessandro Masi: « Dante représente un défi incontournable pour les artistes du XXe siècle : De Guttuso, qui a illustré toute la Divine Comédie, à Dali et Isgrò lui-même. Dante représente un point fondamental dans l’imaginaire : là où l’homme traverse le sacré. Que nous le voulions ou non, nous appartenons au sacré et c’est au sacré que nous revenons. Dante nous le rappelle. L’art ne peut s’empêcher de révéler le divin et, comme le dit l’exégète français Paul Beauchamp, de rendre l’insupportable supportable ».