Dante 700 ansImages5. Matelda

30 septembre 20210


Dante place le paradis terrestre au sommet de la montagne du Purgatoire. Dans le chant XXVIII, l’accueillante forêt s’oppose avec celle si sombre de l’Enfer. Au seuil de ce jardin d’Eden, Virgile doit laisser Dante et c’est le poète latin Stace qui devient son guide. Leur marche à la découverte de cet espace luxuriant est arrêtée par la rivière de Léthé. Le chant d’une femme cueillant des fleurs sur la rive opposée attire Dante.
.

Matelda cueille des fleurs et rencontre Virgile (à gauche) et Dante à l’entrée du paradis terrestre. Codex Altonensis, seconde moitié du XIVe siècle. Bibliothèque du Christianeum, Hambourg.
Rencontre de Matelda dans le paradis terrestre, 1818. Esquisse de Joseph Anton Koch (1768-1839) pour la fresque du plafond de la Villa Massimo, Rome.

Les deux fleuves du paradis terrestre sont le Léthé , qui ôte le souvenir du péché commis et l’Eunoé, qui rappelle leurs vertus à ceux qui en boivent.

Mathilde ramassant des fleurs. 1859. George Dunlop Leslie (1835-1921). Huile sur toile. Collection privé.
Mathilde, Dante, Virgile et Stace dans le paradis terreste. Entre 1914 et 1917. John William Waterhouse (1849-1917). Huile sur toile maroufflée sur bois. Dahesh Museum of Art. New-York.
Dante, Virgile et Stace au bord de Léthé.

Jean-Édouard Dargent (1824-1899) sous le pseudonyme de Yan D’argent s’inspire de Gustave Doré pour illustrer La Divine Comédie traduite par Jean-Alexis-François Artaud de Montor, parue en 1879 aux éditions Garnier frères, libraires-éditeurs à Paris.

Mathilde cueillant des fleurs.
Mathilde de Canossa. 14e siècle. Eglise de la Sainte Trinité, Vérone.

Matelda est présente dans les six derniers chants du purgatoire mais de façon anonyme car son nom n’est dévoilé qu’au chant XXXIII.
Les commentateurs ont reconnu dans cette mystérieuse figure de femme des personnages ayant réellement existés, notamment Mathilde de Canossa (vers 1046-1115), ou bien la religieuse bénédictine Mathilde Hackeborn (1241-1298) ou encore Mathilde de Magdebourg (1207-1282). En effet, Matelda est une figure fictive dont Dante se sert pour exprimer un concept et opérer la transition avec le Paradis.

Pour aller plus loin :

  • Ovidio Capitani – La Matelda di Dante e Matilde di Canossa: un problema aperto. 1999. Pàtron editore, Bologne.
  • Abbé Donizone – La Vita Mathildis. Entre 1111 et 1116. Manuscrit conservé à la Bibliothèque du Vatican.
  • Edgarda Ferri – Le Grancontessa. La vie, les aventures et les mystères de Mathilde di Canossa. 2004. Mondadori
  • Paolo Golinelli – Celestino, Matelda, Cunizza et autres incursions littéraires médiévales. 2021. Pàtron editore, Bologne.
  • https://mudeodivinonapoli.it/2020/06/26/santa-o-strega-guerriera-a-difesa-del-sogno/

Tous droits réservés

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

La Divine Comédie vue par 15 artistes contemporains

Par Andrea Ciarlariello

En 2006, le Comité Dante de Foligno, sous la direction d’Italo Tomassoni et soutenu par la Municipalité avec la contribution de la Fondation de la Cassa di Risparmio di Foligno, a lancé un projet ambitieux.: demander à des artistes contemporains d’interpréter et d’illustrer la Divine Comédie,

Ont répondu à cet appel, 15 artistes représentants de la Transavanguardia, de l’École de San Lorenzo, de l’Anachronisme et de l’Hypermanierisme, qui ont produit pour l’occasion 3 ou 4 œuvres chacun.: Omar Galliani, Ivan Theimer, Bruno Ceccobelli, Mimmo Paladino, Giuseppe Gallo, Enzo Cucchi, Piero Pizzi Cannella, Stefano Di Stasio, Marco Tirelli, Sandro, Gianni Dessì, Nunzio Di Stefano, Emilio Isgrò, Giuseppe Stampone et Roberto Barni

Après avoir enchanté le public de Buenos Aires, où l’exposition a été présentée à l’occasion du 83e Congrès international de Dante ce corpus constamment mis à jour est exposé du 5 au 16 mars au Palazzo Firenze sous la coordination scientifique de Chiara Barbato et Valentina Spata avec le soutien du Ministère du Patrimoine Culturel et des Activités en collaboration avec la Municipalité et le Comité Dantesque de Foligno.

Selon le Secrétaire général de La Dante Alighieri, Alessandro Masi: « Dante représente un défi incontournable pour les artistes du XXe siècle : De Guttuso, qui a illustré toute la Divine Comédie, à Dali et Isgrò lui-même. Dante représente un point fondamental dans l’imaginaire : là où l’homme traverse le sacré. Que nous le voulions ou non, nous appartenons au sacré et c’est au sacré que nous revenons. Dante nous le rappelle. L’art ne peut s’empêcher de révéler le divin et, comme le dit l’exégète français Paul Beauchamp, de rendre l’insupportable supportable ».