Dante 700 ansImages4. La Commedia de Salvador Dalí (1904-1989)

20 mai 20210


En 1950, suite à une commande de l’Istituto Poligrafico dello Stato italiano, Salvador Dalí accepte d’illustrer la Divine Comédie pour réaliser une édition exceptionnelle. Le choix d’engager un artiste étranger est contrasté par l’opinion publique à tel point que le gouvernement italien finit par changer d’avis et en 1959, les éditions Les Heures Claires achètent l’exclusivité de tous les droits de reproduction des illustrations. Dalí porte à terme son travail réalisant au bout de neuf  ans un chef-d’œuvre unique composé de cent xylographies peintes à l’aquarelle illustrant les cent chants de l’œuvre de Dante, chacune avec un personnage ou un événement traités dans une perspective surréaliste et onirique. La série complète appartient à la famille Mazzoleni qui l’a récemment exposée à la Fondazione Majid d’Ascona en Suisse.
.

Salvador Dalí, Les Prévaricateurs, Enfer XXII, 1960, bois gravé sur papier, Editions Les Heures Claires, Paris
Salvador Dalí, La gourmandise, Purgatoire XXIII, 1960, bois gravé sur papier, Editions Les Heures Claires, Paris

 

Salvador Dalí, L’Extase de Dante, Paradis XV, 1960, bois gravé sur papier, Editions Les Heures Claires, Paris

 

Peintre, sculpteur, graveur d’origine catalane, sa capacité artistique se développe très tôt grâce aussi à un ami de la famille qui lui fait découvrir l’impressionnisme espagnol. Dalí peint son premier tableau à l’âge de 6 ans et à 14 ans se proclame impressionniste. Son œuvre, influencée par les maîtres italiens et espagnols, est fortement marquée par sa connaissance des théories freudiennes.

Tableaux, sculptures, gravures, objets et mobiliers surréalistes donnent corps aux idées éclectiques d’un insatiable explorateur, passionné par la science atomique, l’Antiquité et la Renaissance, l’alchimie et la religion.

Les sculptures constituent l’un des aspects majeurs de sa production, matérialisant en trois dimensions ses images surréalistes récurrentes : montres molles, animaux échassiers, tiroirs ouverts ou fermés.

Christine Forani et Salvador Dalí, Buste de Dante, 1964, cire perdue avec cuillères en bronze recouvertes à la feuille d’or, Musée Dalí, Paris.

Pour ce buste de Dante, la sculpteure Christine Forani a d’abord modelé le buste du poète. Dalí est ensuite intervenu en creusant profondément la joue gauche et le menton, afin d’accentuer l’expression tragique du visage. Il y a ajouté ensuite les cuillères dorées à la feuille d’or à la place de la couronne d’olivier.

Pour aller plus loin :

  • Joseph Foret. Dante, La Divine Comédie, illustrations de Dalí, 1963, Editions Les Heures Claires, Paris
  • Vincent Noce. La raison du fou, Dalí et la science, 2012, Edition du Centre Pompidou, Paris
  • Dalí. 2013, Catalogue de l’exposition (Paris 21 novembre 2012- 25 mars 2013), Edition du Centre Pompidou, Paris

Les lieux de Dalí

  • Dalí Paris, 11 Rue Poulbot, 75018 Paris
  • Fondation Gala-Salvador Dalí, Torre Galatea, Pujada del Castell, 28, 17600 Figueres

Tous droits réservés

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

La Divine Comédie vue par 15 artistes contemporains

Par Andrea Ciarlariello

En 2006, le Comité Dante de Foligno, sous la direction d’Italo Tomassoni et soutenu par la Municipalité avec la contribution de la Fondation de la Cassa di Risparmio di Foligno, a lancé un projet ambitieux.: demander à des artistes contemporains d’interpréter et d’illustrer la Divine Comédie,

Ont répondu à cet appel, 15 artistes représentants de la Transavanguardia, de l’École de San Lorenzo, de l’Anachronisme et de l’Hypermanierisme, qui ont produit pour l’occasion 3 ou 4 œuvres chacun.: Omar Galliani, Ivan Theimer, Bruno Ceccobelli, Mimmo Paladino, Giuseppe Gallo, Enzo Cucchi, Piero Pizzi Cannella, Stefano Di Stasio, Marco Tirelli, Sandro, Gianni Dessì, Nunzio Di Stefano, Emilio Isgrò, Giuseppe Stampone et Roberto Barni

Après avoir enchanté le public de Buenos Aires, où l’exposition a été présentée à l’occasion du 83e Congrès international de Dante ce corpus constamment mis à jour est exposé du 5 au 16 mars au Palazzo Firenze sous la coordination scientifique de Chiara Barbato et Valentina Spata avec le soutien du Ministère du Patrimoine Culturel et des Activités en collaboration avec la Municipalité et le Comité Dantesque de Foligno.

Selon le Secrétaire général de La Dante Alighieri, Alessandro Masi: « Dante représente un défi incontournable pour les artistes du XXe siècle : De Guttuso, qui a illustré toute la Divine Comédie, à Dali et Isgrò lui-même. Dante représente un point fondamental dans l’imaginaire : là où l’homme traverse le sacré. Que nous le voulions ou non, nous appartenons au sacré et c’est au sacré que nous revenons. Dante nous le rappelle. L’art ne peut s’empêcher de révéler le divin et, comme le dit l’exégète français Paul Beauchamp, de rendre l’insupportable supportable ».