Cinéma« Parigi è sempre Parigi »

30 janvier 2018

Un bijou franco-italien en péril… « Paris est toujours Paris », véritable ode à la capitale française, fut tourné par Luciano Emmer, grand réalisateur transalpin. Avec ce film, nous remontons le temps...

Un bijou franco-italien en péril…

la-dante-toulouse- parigi-e-sempre-parigi

« Paris est toujours Paris », véritable ode à la capitale française, fut tourné par Luciano Emmer, grand réalisateur transalpin. Avec ce film, nous remontons le temps dans les rues de Paris pour nous retrouver en 1951 dans les yeux d’un groupe d’italiens qui découvre la ville à l’occasion d’un match de football opposant leur équipe à l’équipe de France. L’affiche réunit Marcello Mastroianni et Yves Montand.
Aujourd’hui, la Società Dante Alighieri de Toulouse relaie la campagne de financement participatif lancée sur la plateforme Celluloid Angels pour la restauration et la digitalisation du film et se fait l’écho du message que nous avons reçu de la Société cinématographique Lyre présidée par Patricia Barsanti.


« Notre Société travaille dans le cinéma depuis 1952 et est toujours indépendante. Aujourd’hui, nous cherchons à restaurer un film de 1951, « Paris est toujours Paris », qui suit un groupe de supporters italiens dans sa découverte de la capitale.
Réalisé à Paris par Luciano Emmer, photographié par le grand Henri Alekan, avec de merveilleux acteurs italiens ou français (dont Marcello Mastroianni), il montre même un tout jeune Yves Montand qui y chante, notamment, « Les feuilles mortes ».
Le tout est une petite pépite de bonheur, pétillante et drôle, qui nous fait découvrir ce Paris de 1951 dont on voit qu’il oscille entre la pauvreté de l’immédiat après-guerre et la prospérité des trente Glorieuses à venir.


Notre projet est d’entreprendre la restauration (donc la numérisation et la restauration digitale de l’image et du son) de ce film afin de le faire découvrir au public d’aujourd’hui, et pour ce faire, nous avons lancé une opération de crowd-funding sur le site :
https://www.celluloid-angels.com/movie/paris-est-toujours-paris
Nous aimerions mener à bien notre restauration :
– avant qu’Hélène Rémy, une des actrices du film aujourd’hui âgée de 85 ans et avec un début d’Alzheimer, ne perde toute sa mémoire et ne puisse goûter aux réactions du public. Qui seront positives, nous n’en doutons pas, car tous ceux qui ont vu le film en sont ressortis enchantés, et énergisés !
– et aussi avant l’anniversaire de Venantino Venantini, le « Pascal » des Tontons Flingueurs, qui fêtera en avril prochain ses 88 ans et qui a généreusement accepté de parrainer notre campagne.

Nous avons fixé notre objectif de campagne à 12.000 euros : ceci nous permettra de démarrer les travaux. L’atteindre serait merveilleux, le dépasser serait magique. Or notre campagne entre dans sa dernière ligne droite (moins de 15 jours) et nous sommes encore loin du but… MAIS nous avons bon espoir que, grâce à votre aide, si vous acceptez de relayer cette information auprès de toutes les personnes de votre réseau, nous puissions y parvenir !

Merci de tout coeur pour l’aide que vous pourrez nous apporter pour faire connaître notre campagne. Au-delà d’un relais efficace, sachez aussi que toute contribution, même de quelques euros, est pour nous précieuse et la bienvenue, et nous en remercions tous vos lecteurs d’avance.

Nous ne manquerons pas bien entendu de revenir vers vous à l’issue de notre campagne pour vous informer du résultat obtenu. »

Bien chaleureusement
Patricia Barsanti
Société Cinématographique Lyre (Paris)

 

Pour se faire une meilleure idée du film :

« Parigi è sempre Parigi » – extrait

« Parigi è sempre Parigi » – Yves Montand

 

La Divine Comédie vue par 15 artistes contemporains

Par Andrea Ciarlariello

En 2006, le Comité Dante de Foligno, sous la direction d’Italo Tomassoni et soutenu par la Municipalité avec la contribution de la Fondation de la Cassa di Risparmio di Foligno, a lancé un projet ambitieux.: demander à des artistes contemporains d’interpréter et d’illustrer la Divine Comédie,

Ont répondu à cet appel, 15 artistes représentants de la Transavanguardia, de l’École de San Lorenzo, de l’Anachronisme et de l’Hypermanierisme, qui ont produit pour l’occasion 3 ou 4 œuvres chacun.: Omar Galliani, Ivan Theimer, Bruno Ceccobelli, Mimmo Paladino, Giuseppe Gallo, Enzo Cucchi, Piero Pizzi Cannella, Stefano Di Stasio, Marco Tirelli, Sandro, Gianni Dessì, Nunzio Di Stefano, Emilio Isgrò, Giuseppe Stampone et Roberto Barni

Après avoir enchanté le public de Buenos Aires, où l’exposition a été présentée à l’occasion du 83e Congrès international de Dante ce corpus constamment mis à jour est exposé du 5 au 16 mars au Palazzo Firenze sous la coordination scientifique de Chiara Barbato et Valentina Spata avec le soutien du Ministère du Patrimoine Culturel et des Activités en collaboration avec la Municipalité et le Comité Dantesque de Foligno.

Selon le Secrétaire général de La Dante Alighieri, Alessandro Masi: « Dante représente un défi incontournable pour les artistes du XXe siècle : De Guttuso, qui a illustré toute la Divine Comédie, à Dali et Isgrò lui-même. Dante représente un point fondamental dans l’imaginaire : là où l’homme traverse le sacré. Que nous le voulions ou non, nous appartenons au sacré et c’est au sacré que nous revenons. Dante nous le rappelle. L’art ne peut s’empêcher de révéler le divin et, comme le dit l’exégète français Paul Beauchamp, de rendre l’insupportable supportable ».